Canyon en Corse: un jour de repos

Un jour de repos entre BE (et futur DE): Marco, Tom, Lucien, Kamel, moi

Après une saison passée dans la même rivière il était temps d’aller voir ce que donnaient les autres canyon de l’île de beauté. Nous avions décidé de ne pas nous déplacer pour un seul mais pour trois, histoire de rentabiliser le trajet et de faire grimper le ratio voiture/canyon/fatigue en faveur des deux derniers éléments.

Piscia di Gallu : 2H

Pour un topo plus détaillé de ce canyon:  http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon/2334/Piscia-di-Gallu.html

On arrive après 15mn de marche au bord du cours d’eau, pour l’instant plat et paisible. Equipés, on longe la rive droite puis repassons en rive gauche au moment ou le canyon semble réellement débuter: dans la falaise qui nous fait face, l’eau s’est creusée un chemin tortueux et profond d’une vingtaine de mètres. Les parois qui nous dominent sont parfaitement épurées, truffées d’alvéoles plus ou moins circulaires et de becs qui, comme des vagues de pierre, semblent prêts à déferler. Ce couloir sinueux est vraiment très classe, alliant courbes et ressauts verticaux de manière irréelle. Après un premier rappel que l’on évite par un beau saut de 10-12 mètres s’enchainent deux rappels désaxés rive gauche, juste a côté d’un débit d’eau bruyant et relativement impressionnant. On accède ensuite à une main courante en rive droite puis à une tyrolienne en place. Arrivés au bout une autre main courante mène à la grande surprise du canyon: brusquement le couloir n’existe plus et s’ouvre au coeur d’une falaise, à 60 mètres du sol. Le regard suit l’eau de la cascade qui se déverse inexorablement dans une gerbe massive vers le bas de la vallée, ricochant sur un chaos de blocs. Quelques centaines de mètres à gauche l’on aperçoit quelques silhouettes: le sentier touristique a amené son lot de curieux et de photographes. Le regard s’élève encore, s’ouvre et découvre la  vallée qui continue à descendre, descendre, jusqu’à la Méditerranée qui marque l’horizon bien plus loin. Après la contemplation viens le moment de descendre: un rappel de 60 mètres nous attend, excentré en rive gauche, à quelques mètres de la cascade qui postillonne à tout va. Quelques minutes et quelques photos plus tard nous sommes tous en bas et il va falloir remonter pour enchainer sur le deuxième canyon, un grand classique: la Vacca

La Vacca: 1H50

Pour un topo plus détaillé de ce canyon: http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon/2300/Vacca.html

Pour la Vacca on pars déjà plus light: juste un petit brin au cas ou l’on doive doubler un groupe, pas nécessairement de baudrier et go, c’est parti pour de la rando et des sauts! Parce que s’il faut résumer ce que l’on a fait à la Vacca deux mots suffisent: marche, saut, saut, saut, saut, saut, sa…… etc. puis à nouveau marche. Le tout dans le cadre magnifique de Bavella, à dans une eau lumineuse aux couleurs oscillant constamment entre turquoise et jade. Souvent entre les saut il faut marcher, sauter, grimper ou contourner cette multitude de blocs granitiques  aux formes féminines parfaitement polies par l’eau et qui confèrent l’impression de s’être perdu sur une autre planète. Le résultat est assez physique lorsqu’on ne cesse d’avancer. Quelques couloirs obligent aussi à nager sur une centaine de mètre à chaque fois, activité si largement appréciée des grimpeurs, c’est connu! Après quelques beaux sauts, beaux plongeons et beaux plats nous débouchons sur la fin du canyon. La dernière vasque permet un saut de 25 mètres environs. Marco y monte, il regarde, rigole un coup et redescend: trop haut pour sauter sans le risque de devoir remonter à cloche pied. Tom fait un peu de solo pour atteindre une petite vire à mi hauteur et saute d’une dizaine de mètres. Il ne nous reste plus qu’à remonter pendant 40 mn ces marches d’escalier sous la pinède. Heureusement les 160 remontées du Baracci des deux derniers mois nous ont conditionnés! Il ne reste plus qu’à aller courir dans le Polischellu.

Le Polischellu: 30 mn

Pour un topo plus détaillé du canyon: http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon/2349/Polischellu.html

Pas de photos pour celui là vu l’allure à laquelle nous l’avons fait: en short et chaussure de canyon nous débarquons sur la première vasque où trois groupes attendent. On ne va pas attendre une heure: un premier saut de 7m environ (pifomètre) nous réveille: sans la combi c’est pas la même! De là on enchaine en courant à moitié entre les sauts, doublant un peu sauvagement des collègues en plein dans le jus. On arrive à la voiture sur le coup des 15h30: c’est l’heure de la rotation apéro!